Atlas des paysages
du Loir-et-Cher
CAUE 41      Plan du site | Imprimer la page | Recherche | Lexique | Contact

Accueil » Evolution, enjeux et orientations » Les enjeux, orientations et recommandations » 4/ Valoriser le paysage des infrastructures et des réseaux

4/ Valoriser le paysage des infrastructures et des réseaux


Le constat issu des dynamiques d'évolution observées :
  • De belles "routes paysage" qui valorisent largement les territoires qu'elles traversent par les vues qu'elles offrent (route de crête du Gault-Perche au Pléssis-Dorin, RD51 de Maray à Saint-Loup, route en levée RN152 entre Veuves et Blois...)
  • Des routes souvent déconnectées de leur contexte, n'offrant pas de point de vue, et dont l'aménagement est banalisant (RN10 par exemple)
  • Une collusion excessive  entre routes et urbanisation (dans les grandes vallées, auprès des échangeurs autoroutiers...)
  • Des réseaux aériens sensibles dans les paysages agricoles ouverts (Beauce en particulier) et parfois encore dans les bourgs
  • Des sites éoliens rares mais marquants (environs de Moisy, en Beauce)
Les objectifs :
  • Contrer la banalisation des abords des routes et des entrées de villes et de villages
  • Proposer des aménagements simples et discrets des emprises des routes
  • Contribuer à la limitation de l'usage de la voiture individuelle
  • Réduire les coupures générées par les infrastructures et faciliter leur franchissement, en particulier dans les vallées ;
  • Réduire la présence des lignes aériennes dans les paysages ouverts et urbains
Les principes d'actions possibles :

1 . Identifier, préserver et gérer le paysage des routes

Plan de la zone d'activités Parc A10, au nord de Blois     Exemple de parc d’activités réalisé avec soin, en relation avec l’espace agricole dan lequel il s’implante
  • Réaliser un Plan de gestion, de préservation et de valorisation des routes établissant :
    • les abords à protéger de l’urbanisation (zones non aedificandi)
    • les principes d’aménagement et de gestion des emprises :
    • l’adaptation les équipements routiers au caractère patrimonial de ces itinéraires
    • la gestion du végétal d’accompagnement de la route
    • l’application des principes de gestion différenciée et écologique
    • la mise en scène des parcours, des ouvertures visuelles et des points de vue.
    • la mise en valeur des villages qui ponctuent les itinéraires : entrées de villages, traversées et espaces publics, patrimoine architectural…
    • le repérage et la gestion patrimoniale particulière des "routes-paysage"
  • Enterrer les réseaux aériens dans les secteurs les plus sensibles : paysages agricoles ouverts et traversées de bourgs
  • Pérenniser et replanter des alignements d’arbres en lien avec la sécurité routière grâce à une politique foncière

2. Valoriser de façon ambitieuse le paysage des axes départementaux structurants, en particulier l'axe Vendôme/Blois/Romorantin-Lanthenay (RD 957 et 765)

Axe Blois Vendôme valorisé par un très bel alignement qui a récemment été doublé     Entrée de Blois plantée
  • Voir principes ci-dessus et aussi :
    • Plantations et gestion d’alignements d’arbres aux endroits clés du parcours
    • Requalification des entrées de villes et maîtrise des enseignes publicitaires
    • Renforcement de la lisibilité de l’entrée de Blois sur le plateau de Beauce aujourd’hui complexifiée par des nœuds routiers alambiqués

3 . Stopper l’urbanisation linéaire :

Entrée de ville mise en valeur par un alignement et une large ouverture visuelle sur l’espace agricole à droite
  • Identifier, protéger (inscription aux documents d’urbanisme) et définir des objectifs de gestion des coupures d’urbanisation, des espaces de respiration et des fenêtres visuelles : urgent dans les trois grandes vallées et en Sologne Viticole
  • Concrétiser sur le terrain des limites durables d’urbanisation inscrites aux documents d’urbanisme : création de lisières urbaines, marquage et mise en scène des entrées de bourgs
  • Implanter les constructions (habitat et zones d’activités) nouvelles « en épaisseur », favorisant le développement des centralités et limitant du même fait l’étirement des bourgs en longs couloirs urbanisés
  • Marquer de façon valorisante les entrées /sorties des bourgs, notamment par des alignements d’arbres

Village-rue caractéristique de Grande Sologne, Saint-Viâtre
  • Cas particulier de la Grande Sologne : les routes sont souvent construites sur les terrains les moins humides et les mieux drainés, terrains également favorables à l’urbanisation.  Dans cette situation :
    • Promouvoir un urbanisme adapté, qui peut prendre une forme linéaire de type village-rue, sans pour autant devenir une  « ville-route » ;
    • Limiter le développement en longueur sur une distance aisément parcourable à pied et ne nécessitant pas nécessairement l’usage de la voiture (moins d’un kilomètre)
    • Prioriser les circulations piétonnes et vélo
    • Soigner les transitions entre espace public et espace privé, par exemple en favorisant le "débordement" des jardins sur la rue, ou en alternant espaces construits et espaces jardinés…
    • Pour les traversées de bourgs, utiliser des matériaux et un mobilier simples et de qualité (pierre, stabilisés, enherbement…) réduisant l’emprise visuelle de la route
    • Expérimenter des quartiers contemporains adaptés aux zones humides.

4 . Différencier la gestion des routes communales dans les secteurs périurbains ou urbains:

Route très discrète et élégante, bordée par un enherbement et des jardins humides     Exemple de voie de desserte en stabilisé nécessitent une gestion raisonnée et peu coûteuse adaptée à une faible fréquentation
  • Stopper l'urbanisation linéaire (voir Orientation 4 - Principe d'action 3 : Stopper l'urbanisation linéaire )
  • Recréer des chemins stabilisés, à la gestion plus rustique et moins coûteuse, et au paysage plus doux et moins routier que les routes enrobées
  • Faire une place aux circulations douces, notamment le vélo
  • Réduire les largeurs en prévoyant des élargissements ponctuels pour les croisements des véhicules
  • Promouvoir des accotements enherbés avec une gestion différenciée
  • Maîtriser le paysage des clôtures et des haies le long des routes avec un objectif de simplicité, de sobriété et d'adaptation au contexte rural
  • Assurer des circulations piétonnes sans nécessairement réaliser de trottoirs minéralisés banals : bandes  béton ou stabilisées dans des bandes enherbées...

5 . Favoriser des déplacements doux qui mettent en valeur les territoires traversés

Chemin sur berge
  • Développer des cheminements doux à l’intérieur des villes et des villages en connexion avec leur territoire (forêts, promenades sur berges, pistes cyclables…)
  • Mettre en valeur les itinéraires de randonnée, notamment dans la traversée de secteurs de grandes cultures : plantations d’alignements d’arbres fruitiers, de haies à petits fruits, d’arbres isolés à grand développement, etc.
  • Développer un itinéraire du « Cher à vélo » et du « Loir à vélo », sur le modèle de la « Loire à vélo »
  • Mailler la Loire à vélo avec les vallées affluentes, les bourgs et les sites culturels proches
  • Promouvoir les circulations douces liées aux levées et aux bords de rivières.

6 . Valoriser les paysages ferroviaires

  • Développer des quartiers dynamiques à proximité des gares et favoriser l’usage des transports en communs (Orientation 1 – Principe d'action 3 : Conforter les centralités existantes)

Problème de traversée des voies ferrées     Juxtaposition de voies de circulation dans l’axe de la vallée du Cher

privatisation de  l'emprise d'une ancienne voie de chemin de fer
  • Requalifier les abords des gares, terrains potentiels d'une modernité urbaine renouvelée dans les villes et les villages
  • Faciliter les traversées des voies ferrées en aménageant des points de passages réguliers en sites urbains dans un souci de qualité à l'échelle du piéton et des circulations locales
  • Préserver et valoriser le patrimoine des anciennes lignes ferroviaires aujourd'hui fermées : aménager leurs abords, favoriser leur rôle de corridors écologiques, encourager le développement de projets de voies cyclables ou de sentiers de découverte
  • Envisager l'ouverture ou la réouverture de petites lignes locales pour redynamiser les villages
Exemples intéressants sur le territoire :

Orientation 4 : Valoriser les paysages des infrastructures
Fichier joint : cartes_orientations.pdf

Haut de page

Agence Folléa-Gautier, paysagistes-urbanistes
Ne pas reproduire sans autorisation
FEDER Centre   L´Europe en région Centre  DREAL