Atlas des paysages
du Loir-et-Cher
CAUE 41      Plan du site | Imprimer la page | Recherche | Lexique | Contact

Accueil » Fondements des paysages » Les paysages, la géologie et les sols » Les faluns

Les faluns


Faluns apparaissant sur les falaises au sud de Vendôme – coteaux du Loir
La curieuse roche coquillière cimentée que l'on trouve dans la vallée du Loir, par exemple près de Vendôme, est héritée d'anciens dépôts marins de la mer des Faluns, constitués de calcaires gréseux, de boues calcaires et de sables plus ou moins coquilliers.
Ce calcaire est davantage présent à l'aval du département, notamment entre Loches et Tours.

Cette ancienne mer peu profonde, située sur le plateau continental, remplissait un golfe de Loire situé à l'emplacement de l'Ille-et-Vilaine, de l'Anjou, de la Touraine et du Blésois il y a 15 millions d'années. Elle séparait le Bassin Parisien de l'île que constituait le Massif Armoricain surélevé de Bretagne. Dans un climat subtropical prospérait la faune dense du Tertiaire. Le schéma sédimentaire se reproduisit à la manière de celui de la craie du Turonien, à ceci près que la période, nettement moins longue, ne permit pas une compaction aussi aboutie. Par ailleurs, l'eau était peu profonde et soumise à de forts courants et les sédiments se répartirent inégalement. Les calcaires d'accumulation biodétritique ainsi formés, appelés faluns, s'entassèrent principalement dans les cuvettes, atteignant parfois 25 mètres d'épaisseur. Ils s'apparentent alors à une roche coquillière cimentée, visible dans la vallée du Loir.

Après le retrait de cette mer des faluns, les sédiments qu'elle a laissés témoignent d'une activité biologique riche et variée, sous un climat subtropical. La plupart des sables marins et faluns de l'Helvétien ont été déblayés par l'érosion mais les rares lambeaux qui subsistent ont recouvert une grande partie de la Touraine et de l'Anjou ainsi que l'ouest du Blésois correspondant à la Gâtine Tourangelle, autour des communes de Onzain et Mesland,  et au sud de la Loire, entre Contres et Pontlevoy. Deux différents faciès se distinguent :

         - le faciès savignéen (de Savigné-sur-Lathan, en Indre-et-Loire). Ce sont des calcaires gréseux ou des boues calcaires, riches en bryozoaires, correspondant à une sédimentation en pleine mer, dans une eau assez profonde (autour de 50 m).

         - le faciès pontilévien (de Pontlevoy, en Loir-et-Cher). Ce sont des sables riches en débris coquilliers, mêlés de grains de quartz et de galets. La sédimentation s'est faite en zone littorale, entre 0 et 40 m de profondeur. C'est dans le faciès pontilévien que les fossiles sont les plus variés. Les bryozoaires y sont quasiment absents mais, par contre, tous les mollusques ont été conservés. On y trouve également des coraux caractéristiques d'un milieu peu profond et chaud.


Haut de page

Agence Folléa-Gautier, paysagistes-urbanistes
Ne pas reproduire sans autorisation
FEDER Centre   L´Europe en région Centre  DREAL