Atlas des paysages
du Loir-et-Cher
CAUE 41      Plan du site | Imprimer la page | Recherche | Lexique | Contact

Accueil » Fondements des paysages » Les paysages, la géologie et les sols » Le tuffeau

Le tuffeau


Caves troglodytiques creusées dans le tuffeau tendre     Village de Bourré, célèbre pour ses caforts, vastes caves d’extraction souterraine - coteaux du Cher

Dans le Sancerrois, sur les plateaux de Touraine et dans le Perche, la craie formée au Crétacé recouvre le calcaire Jurassique. A cette époque (Turonien du Crétacé supérieur), la terre connait une longue période de réchauffement climatique. Le pôle bénéficie d'un climat tempéré et les océans atteignent des niveaux exceptionnels. Le Bassin Parisien et le Bassin Aquitain se rejoignent et les futures provinces d'Anjou et de Touraine baignent dans une mer chaude sous 300 mètres d'eau. Le turonien inférieur a légué une craie marneuse. Le Turonien moyen est l'époque de formation de cette roche prisée entre toutes qu'est le tuffeau blanc. Il s'agit d'une craie compacte comportant du quartz et de fines paillettes de mica qui scintillent comme la rosée. Elle fait le prestige des falaises de Saumur et de Bourré. Enfin, le Turonien supérieur a produit une roche de qualité, le tuffeau jaune. Cette pierre plus blonde et plus sableuse, est présente un peu partout sur les coteaux du Loir.


Village de Trôo, construit contre et dans la falaise de tuffeau de la vallée du Loir

Au final, le tuffeau se rencontre en bordure nord-ouest du département, dans le Perche, sur les coteaux sud du Loir en aval de Montoire-sur-le-Loir ainsi que sur les pentes de la vallée du Cher, en aval de Châtillon-sur-Cher.

L'apparition, à Blois même, des formations crétacées, qui vont accompagner la vallée de la Loire jusqu'à l'entrée du Massif Armoricain, n'amène pas de changement sensible dans la topographie des plateaux, qui conservent leur horizontalité entre 110 et 120 mètres d'altitude. Mais la diminution régulière des altitudes du thalweg, qui s'abaisse de 21 mètres entre Blois et Tours, fait grandir progressivement les versants. Hauts de 45 mètres environ à Blois, ils atteignent 55 mètres à l'approche d'Amboise. Contrairement à ce qui se passe dans l'Orléanais, la coulée des sables fluviatiles reste désormais contenue dans le lit majeur strictement délimité par deux murailles de craie. Au moment où le fleuve la rencontre à Blois, la craie, puissante d'une trentaine de mètres, présente, sur plus des deux tiers de son épaisseur, des couches très riches en rognons de silex d'une dizaine de mètres (aussi appelée craie de Blois), et vers sa base, un blanc plus homogène et plus compact, épais d'une dizaine de mètres également (craie de Cangey).

Hors des coteaux et falaises aux flancs des vallées, le calcaire Crétacé est nappé par une formation plus récente, issue de l'ère Tertiaire : les argiles à silex.


Haut de page

Agence Folléa-Gautier, paysagistes-urbanistes
Ne pas reproduire sans autorisation
FEDER Centre   L´Europe en région Centre  DREAL